Conseil Départemental de la Manche

 

 

 

 

 

 

Comment avez-vous été amené à connaître la filière hydrogène ?

Le choix de se diriger vers la filière hydrogène dans la Manche s’est fait pour plusieurs raisons. Tout d’abord, nous avons souhaité développer un mix énergétique nouveau dans notre territoire jusqu’à présent fortement marqué par le nucléaire. Le choix de la mobilité s’est ensuite justifié par le fait que la distance entre les villes du territoire rendait la voiture incontournable au déplacement de nos concitoyens, que nos réseaux de transport en commun étaient peu développés en raison de petite la taille des villes et qu’il existait déjà chez nous une véritable culture du co-voiturage. Pour décarboner le territoire, la mobilité a donc logiquement constitué une porte d’entrée à cette technologie zéro émission, qui permettait de pallier aux limites des véhicules électriques, notamment leur temps de recharge, frein au développement de l’autopartage. Comparativement, les véhicules hydrogène permettent une plus grande autonomie ainsi qu’une souplesse d’utilisation, mais ces deux types de mobilité peuvent avoir des usages différents.

Quel est votre vision de cette filière ? (Etat actuel, perspectives, avantages, inconvénients) En quoi pensez-vous qu’elle puisse constituer une alternative crédible aux énergies fossiles sur le segment de la mobilité ?

La solution hydrogène nous semble crédible et elle possède des avantages qui rendent difficile tout retour en arrière. Que ce soit au niveau de son autonomie, de son temps de recharge ou de sa flexibilité, elle est avantageuse par rapport au tout électrique. Son principal inconvénient est que l’hydrogène utilisé actuellement n’est pas issu des énergies renouvelables, ce qui n’en fait pas encore une solution totalement décarbonée. Le maillage du territoire en stations-service à hydrogène mériterait également d’être affiné. Certaines contraintes réglementaires subsistent encore et la technologie a un certain coût, ce qui rend d’autant plus important l’implication nationale dans ce domaine.

Votre région est l’une des premières en France à avoir déployé cette technologie. Que pourrait-elle selon vous apporter à votre territoire ?

Grâce au déploiement d’une technologie innovante comme l’hydrogène dans la Manche, nous souhaitons rendre notre territoire plus dynamique et attractif, à travers le développement d’activités et l’implantation d’entreprises nouvelles. Nous avons également sur notre territoire un large tissu de PME et de PMI qui pourraient bénéficier de cette innovation, entre autres dans le domaine de la construction de véhicules.

Vous avez décidé d’investir dans une station pour votre collectivité. Comment ce projet a t-il été accueilli ? Pourquoi avoir fait ce choix ?

Si nous avons décidé d’investir dans une station à la maison du département, c’est en partie pour donner l’exemple dans le domaine de la transition énergétique. La technologie étant nouvelle, nous souhaitions également l’expérimenter avant les entreprises ou les citoyens, et les retours de nos utilisateurs sont très positifs.

Comment voyez-vous la suite du projet ?

Pour la suite de ce projet, nous souhaitons avant tout décarboner l’hydrogène que nous utilisons, en ajoutant à nos stations un système d’électrolyse ou en le produisant à partir d’énergies locales. La question du déplacement de la station quant à elle ne se pose pas encore.

 

Valérie NOUVEL, Vice-Présente en charge de la Transition énergétique, de l'Environnement et de l'Innovation

 

Crédit Photo : David Daguier, Conseil Départemental de la Manche

 

Caractéristiques de la station de recharge hydrogène du Conseil Départemental de la Manche

  • Date d’installation : 15 Janvier 2016
  • Capacité de station : 40 kg/jour
  • Adresse : Maison du département (98 Route de Candol, 50000 Saint-Lô)

 

Partenaires

MIE - Mécanisme pour l'Interconnexion en Europe Région Normandie SERFIM SYMBIOCELL